Abonnez-vous

Le décryptement dans le renseignement


Hervé Lehning

Dans l'histoire, le décryptement de messages chiffrés a eu un rôle important… mais souvent négligé. De la première bataille gagnée grâce à la seule arme du chiffre au décryptement d'Enigma, les exemples sont nombreux mais souvent dissimulés. C'est toujours le cas aujourd'hui.


Dans le domaine militaire ou diplomatique, mieux vaut garder ses correspondances secrètes. Le décryptement d’un seul message peut décider du sort d’une bataille ou d’une négociation. Ce fut le cas en 1626 quand les troupes du prince de Condé assiégeant Réalmont interceptèrent un messager sortant de la ville, porteur d’un message incompréhensible. Condé fit venir un jeune professeur de mathématiques de la région, Antoine Rossignol des Roches (1600–1682), qui en trouva le sens. Le message annonçait que la ville était à cours de munitions. Condé fit porter le message décrypté à la ville, qui se rendit. La bataille fut ainsi gagnée ! Le message avait vraisemblablement été conçu au moyen d’un alphabet chiffré, où chaque lettre est remplacée par un symbole, système très en vogue à l’époque.
Le décryptement repose à la fois sur les mathématiques et sur la linguistique (voir notre article Autour des machines cryptographiques). La faiblesse de cette technique, même améliorée en chiffrant de plusieurs façons différentes les lettres fréquentes et en ajoutant des nulles (c’est-à-dire des symboles ne signifiant rien), amena Rossignol à créer des dictionnaires chiffrés, à savoir des dictionnaires bilingues dont l’une des langues est le français et ... Lire la suite