L'Art nouveau : un courant tout en courbes


Daniel Justens

L'Art nouveau fut un mouvement d'art total de la fin du XIXe siècle dans plusieurs pays européens. Jamais un courant artistique ne mit autant l'accent sur la beauté et la multiplicité des courbes.

La fin du XIXe siècle fut le témoin d’une véritable contre-révolution artistique, née de la contestation de la production en masse de piètre qualité et de l’industrialisation à outrance. Elle trouva sa source en Grande-Bretagne. En Angleterre en effet on vit se développer le mouvement Arts and Crafts (« arts et artisanats ») dès 1860, un mouvement qui visait à réhabiliter la production des artisans, redécouvrant le travail à la main. L’idéologie qui sous-tendait ce retour aux sources s’étendit en Europe, donnant naissance, tout au long de la dernière décennie du siècle, à l’Art nouveau en Belgique, en France et en Tchécoslovaquie, au Jugendstil en Allemagne et en Autriche, allant même jusqu’à inspirer le mouvement Mingei au Japon.

 

Détruire les barrières

 

On connaît généralement bien les réalisations de tous ces mouvements en matière d’architecture (voir Mathématiques et architecture, Bibliothèque Tangente 60, 2017) mais la revalorisation du travail de l’ouvrier se fit dans tous les domaines et l’Art nouveau devint un art total, détruisant la barrière existant jusqu’alors entre arts « majeurs » et arts « mineurs » et entendant offrir à chacun un univers esthétique idéal même dans le plus petit objet utilitaire. Il engloba donc aussi bien la peinture, la sculpture et l’architecture que l’ébénisterie, la ... Lire la suite