Sciences : à propos de l'héritage antique

Bertrand Hauchecorne



Notre culture scientifique : Le monde antique en héritage

Lucio Russo
Les belles Lettres
2020
200 pages
17.5 €

Lucio Russo est mathématicien italien, spécialiste de calcul des probabilités. Il puise dans son extraordinaire culture, en particulier de l’Antiquité, des arguments des plus pertinents pour aller à l’encontre de certaines idées reçues sur le rôle de l’héritage antique sur la science moderne, en particulier l’affirmation qu’elle a dû s’en libérer pour prendre son essor. Il explique, par exemple, que l’héliocentrisme est une idée d’Aristarque de Samos et que Copernic l’a exhumé en se penchant sur l’œuvre de l’astronome grec.

En balayant divers thèmes classiques de la science (astronomie, gravitation, théorie des marées, concept de molécule), il explique que les idées dans Anciens ont contribué, bien après la Renaissance, à des découvertes scientifiques fondamentales.

Les matheux seront sensibles à la mise en lumière de l’influence de l’œuvre d’Euclide, bien plus tard qu’on ne le pense généralement, sur les découvertes en mathématiques ; ils partageront sans doute avec l’auteur l’intérêt de l’approche de la géométrie du mathématicien alexandrin pour promouvoir une géométrie basée sur des figures constructibles.

Par contre, on pourra ou non partager la philosophie de l’auteur sur le rôle des mathématiques, sa diatribe contre l’esprit bourbakiste ; on ne pourra cependant que saluer ce brillant essai (traduit de l’italien par Antoine Houlou-Garcia), qui, en s’appuyant sur une connaissance fine de l’histoire des sciences, défend avec brio le rôle des Anciens dans le développement de la science moderne. 



Les dernères notes de lecture